MiniGriSpip pour Spip 2+

Un site de test pour le squelette MiniGriSpip
  • Article

Clubin met le comble à l’admiration (2)

Le mousse sauvé, Imbrancam se rangea et dit aux autres :

- Passez.

Cependant Clubin était allé à sa cabine et avait fait un paquet des papiers du bord et des instruments. Il ôta la boussole de l’habitacle. Il remit les papiers et les instruments à Imbrancam et la boussole à Tangrouille, et leur dit : Descendez dans la chaloupe.

Ils descendirent. L’équipage les avait précédés. La chaloupe était pleine. Le flot rasait le bord.

- Maintenant, cria Clubin, partez.

Un cri s’éleva de la chaloupe.

- Et vous, capitaine ?

- Je reste.

Des gens qui naufragent ont peu le temps de délibérer et encore moins le temps de s’attendrir.

Cependant ceux qui étaient dans la chaloupe et relativement en sûreté, eurent une émotion qui n’était pas pour eux-mêmes. Toutes les voix insistèrent en même temps.

- Venez avec nous, capitaine.

- Je reste.

Le Guernesiais, qui était au fait de la mer, répliqua :

- Capitaine, écoutez. Vous êtes échoué sur les Hanois. À la nage on n’a qu’un mille à faire pour gagner Plainmont. Mais en barque on ne peut aborder qu’à la Rocquaine, et c’est deux milles.

Il y a des brisants et du brouillard. Cette chaloupe n’arrivera pas à la Rocquaine avant deux heures d’ici. Il fera nuit noire. La marée monte, le vent fraîchit. Une bourrasque est proche. Nous ne demandons pas mieux que de revenir vous chercher, mais si le gros temps éclate, nous ne pourrons pas. Vous êtes perdu si vous demeurez. Venez avec nous.

Le Parisien intervint :

- La chaloupe est pleine et trop pleine, c’est vrai, et un homme de plus ce sera un homme de trop. Mais nous sommes treize, c’est mauvais pour la barque, et il vaut encore mieux la surcharger d’un homme que d’un chiffre. Venez, capitaine.

Tangrouille ajouta :

- Tout est de ma faute, et pas de la vôtre. Ce n’est pas juste que vous demeuriez.

- Je reste, dit Clubin. Le navire sera dépecé par la tempête cette nuit. Je ne le quitterai pas. Quand le navire est perdu, le capitaine est mort. On dira de moi : Il a fait son devoir jusqu’au bout. Tangrouille, je vous pardonne.

Et croisant les bras, il cria :

- Attention au commandement. Largue en bande l’amarre. Partez.

La chaloupe s’ébranla. Imbrancam avait saisi le gouvernail. Toutes les mains qui ne ramaient pas s’élevèrent vers le capitaine. Toutes les bouches crièrent : Hurrah pour le capitaine Clubin !

- Voilà un admirable homme, dit l’Américain.

- Monsieur, répondit le Guernesiais, c’est le plus honnête homme de toute la mer.

Tangrouille pleurait.

- Si j’avais eu du coeur, murmura-t-il à demi-voix, je serais demeuré avec lui.

La chaloupe s’enfonça dans le brouillard et s’effaça.

On ne vit plus rien.

Le frappement des rames décrut et s’évanouit.

Clubin resta seul.